Saturnome

Mes débuts dans la bande dessinée

C'est simple : un jour j'ai voulu faire un blogue de bandes dessinées, et puis j'ai jamais arrêté. Et si je continue encore, je pense que ça finira par avoir l'air pas trop pire. C'est motivant, mais de toute façon c'est plus fort que moi, il faut que je crée!

Les thèmes et les sujets que j'aborde

Ces temps-ci je fais beaucoup de documentaires sur des sujets obscurs, attirer l'attention sur un sujet inattendu est une chose que j'adore! J'ai l'impression de donner quelque chose de plus en faisant cela. J'aime aussi jouer avec la forme, mais il me faut une idée narrative qui justifie le jeu formel, sinon ça reste dans mon calepin. Je m'éloigne rarement de l'humour, c'est ma zone de confort. Éventuellement j'aimerais faire plus de drame, mais en fait j'aimerais tout essayer. Reportage, essai, animalier, polar, science-fiction, jeunesse, unijambiste...

Les auteurs qui m’inspirent et pourquoi

J'accroche davantage à une œuvre précise qu'à un auteur, mais j'aime particulièrement plusieurs réalisateurs de films d'animation (Chuck Jones et Robert Clampett des Looney Tunes, Yuri Norstein, David OReilly, Norman McLaren, Frédéric Back. Ladislas Starewitch..), ou en prises de vues réelles (Charlie Chaplin, Yasujiro Ozu, F.W. Murnau, Jacques Tati, Agnès Varda...) et à ça j'ajouterais les Beatles et Shigesato Itoi, auteur des jeux vidéos EarthBound et Mother3. Presque tous des auteurs d'une autre époque, mais curieusement en bande-dessinée c'est tout le contraire, je suis constamment renversé par les nouvelles étoiles montantes, les nouvelles sorties, c'est formidable. Je dévore les nouveautés chez Pow Pow, La Mauvaise Tête, Mécanique Générale, La Pastèque, les fanzines... Mais j'ai tout de même quelques anciens favoris, tels que Windsor McCay, Osamu Tezuka et Franquin.

Mon style, mon approche graphique

C'est peut-être quelque chose que je devrais pousser davantage, parce que je me contente d'y aller sans réfléchir! Je change d'approche selon l'histoire, mais c'est très spontané. Je n'aime pas beaucoup dessiner pour dessiner, mais j'adore dessiner pour communiquer une idée, un concept!

Pourquoi la bande dessinée

1. Quel autre médium narratif et visuel permet de s'exprimer avec aussi peu de moyens? Je suis passé du jeu vidéo au cinéma puis au dessin animé avant de faire de la bande-dessinée, et si le fait de travailler seul demande un effort que peu soupçonnent, l'avantage de la liberté est indéniable.

2. Je trouve qu'il s'agit d'un outil de communication extra-ordinaire. Des bandes-dessinées devraient accompagner toutes les classes d'école! C'est un superbe médium de vulgarisation, capable de rendre très clair un concept, et on peut le lire à notre rythme! Je n'ai jamais été doué à l'école car je perdais rapidement le fil et que j'ai besoin de visuel ou d'exemples. Si on m'avait tout enseigné en bande-dessinée je serais clairement premier ministre du Québec à l'heure actuelle. Hm. Peut-être pas une si bonne idée que ça finalement...